Femmes du monde,


Femmes du monde, un coeur ouvert, des étoles colorées pour couvrir tes épaules, des graines et des perles à ton cou, un petit sur la hanche, Tes mains cailleuses, travaillant la terre. une longue natte parfumée, une serpette pour couper les herbes, des seins généreux de lait, un regard sauvage et décider.

Femmes du monde, qui travaille la terre chaque saison, sans baisser les bras. Qui cultive avec détermination, la parcelle qui nourrira tes petits Qui ramasse l' orge, le riz, le sorgho, toutes les graines offertes Qui cueillent les fruits, les herbes, tous ce qui ce mange.

Femme du monde le corps qui épouse la terre et son ventre, pour chaque jour vivre, survivre, continuer sa route.

Femme du monde les yeux au ciel, qui regardent les nuages, les étoiles, prient pour les siens, pour que la terre reste généreuse.

Femmes du monde, Tu fais sans question, sans demain Il en est souvent ainsi.

Femmes du monde, l"homme qui est à tes cotés , tu ne l' as pas choisi, Il t' es imposé. Tu vieilliras avec lui ou sans lui , si la rudesse de la vie l' emporte.

Femmes du monde Tu rallumes chaque soir le feu, qui abrite ton foyer. Tu retisses la toile de ta couverture. Retends la toile de ton abris. Balayes le sable dans ta case. Protèges les tiens du froid, du chaud, de la faim.

Femmes du monde, je suis toute petite dans ma ville. Vous êtes des reines du monde, gardiennes des semences, des légendes, des coutumes et des esprits protecteurs.

Je vous admire et vous honore. Je vous contemple et vous écris. Je vous remercie d' être là.

Femmes du monde, fragiles et fortes Attachées à votre destinée telle une grosse pierre pour amarrer le navire.

Je suis toute petite avec mes privilèges et mes illusions. Vous êtes ici, demain hier, mémoires des femmes Vous êtes grandes!

Yaël


125 vues