Étrangère, sans terre


Étrangère, j’ erre.

Plus de terre.

En exil.

Je cherche l’ asile.

Je cherche mes frères.

J’ ai traversé tant de frontière.

Tant de guerres.

Fuir coulait dans mon sang.

Courir tout le temps.

Chevauché les mers.

Gravir les sommets .

Pour retrouver la liberté.

Pourtant ici ou ailleurs.

Tous ont peur !

Pour leur pain quotidien.

Pour demain.

Amalgame

Pour ma couleur de peau.

Ou mon étoile.

Chacun se voile.

Pour ne pas voir.

Black out ,

Total.

Je suis étrangère.

Traversant les déserts.

Et les terres.

Marchant sans lendemain.

J’ ai faim !

Je suis sans pays.

Sans famille

Sans abri

Sans rêve

Le coeur en exil

la folie

emprisonne le monde.

Le pouvoir érige des murs

La bêtise est contagieuse

Qui sera me regardé.

sans baissé les yeux.

Ouvrir

sa porte.

Pour un peu

De pain

De douceur

Et d’ humanité !

Yaël Catherinet

Poétesse et thérapeute

Accompagnante du féminin en chemin

https://www.yaelchandesarbres.com

Découvrez ‘’Le Féminin Guérisseur’’ Auto-édition

En Projet: Mamaluna conte initiatique à paraitre

Amna Zughayar a 9 ans. Elle est réfugiée, venue de Deir El-Zour en Syrie.

Ce portrait a été réalisé le 13 mars dans un camp près de la frontière syrienne, à Mafraq en Jordanie. Près de la moitié des 4,8 millions de personnes qui ont fuit la Syrie sont des enfants. Les plus précaires vivent aujourd'hui dans des dizaines de camps de fortune, comme en Jordanie, qui accueille ainsi 640 000 milles personnes. Photo: ©Muhammed Muheisen @mmuheisen pour @ap.images