Les Voix du Féminin 40 messagères engagées Collectif dirigé par Yaël Catherinet, Édité par les 


Vous avez aimé Terres de femmes, notre aventure continue..Messagère du féminin...

Les Voix du Féminin 40 messagères engagées Collectif dirigé par Yaël Catherinet, Édité par les Editions LE SOUFFLE D'OR

Préface de l’actrice Marina Tomé En librairie le 26 mars 2019 15 x 21 cm pages - 9,90 €

Un ouvrage collectif regroupant 40 femmes engagées qui souhaitent, par leurs expériences et leurs vécus, participer à la transmission de nouvelles valeurs féminines. d’accompagnement ou d’exploration personnelle sur l’expression de leur féminité, nous livrent leur recherche d’une nouvelle identité féminine. Elles s’intéressent aux valeurs telles que : prendre soin de soi, des autres, s’investir dans la société, pour la planète, pour la communauté féminine... Les différences, la précarité, la spiritualité, la femme sauvage ou encore la sexualité, elles y abordent de nombreuses thématiques dans un langage coloré, riche et profond. Toute une palette d’écritures défilent et se mélangent dans un subtile tissage et contribue à la richesse de cet ouvrage.

Chaque femme y raconte une histoire, son histoire, avec ses mots, transmettant ainsi aux autres. Ce livre est comme un parchemin de récits, de poèmes, des textes, des témoignages, une mémoire, un voyage, une terre à découvrir. Un fil que l’on déroule selon son inspiration, comme une carte d’un jeu que l’on tire. Les Voix du Féminin dispense un message trouvant écho pour celle qui le découvre et se laisse inspirer.

Ont contribué à ce livre : Marina Tomé Danièle Flaumenbaum, -Nathanaelle Bouhier-Charles, Yaël Catherinet, Delphine LHuillierr, Christine Gatineau, Martine Magdanela Wallez, Stéphanie Agrain, Emmanuelle Batifol, Muriel Bonnet del Valle, Marion TerreHappyRebérat, Maria Gabriella Cairo, Rosita Casanova, Karen Cayuela, Isabelle Challut, Margot Charon ,Claire D'eau, Marlène Escoffier, Silvia Favre, Fabienne Forel Jyotananda Sathyam, Agnès Gallinaro,Diane Gilliot, Emma Grillet, Jessica Guerra, Nirmala Gustave Miras Sarah MariaLeBlanc, Aurélie Mazerm - Viard, Karine Nivon Epanouissement Intime,Marie France Omedes Pichot, Muriel Plantier, Jacqueline Riquez, Silvia Porta, Sandra Rabec, Loli Laurence Viallard, Sandie Mendes-Pomares, Laetitia Toanen, Myriam Malembic, Patricia Ava Sibel, Lydia Vasquez, Rebekkah Guénette Extrait

Pourquoi travailler sur nos origines ? Au service de quelle guérison ? Les transmissions du maternel et du féminin pour un avenir adulte de Danièle FLAUMENBAUM Transmission, mère, fille, femme...

1. Pourquoi travailler sur nos origines?

Travailler sur nos origines met notre histoire en perspective.

Nos enfants nous prolongent, tout en nous mettant à une place d’ancêtre futur, de parent, de grand-parent, puis d’arrière-grand-parent. Nous faisons ainsi partie du maillon de la chaîne de la vie et cette recherche remet en place la dimension humaine et universelle de la vie.

C’est une façon de nous approprier notre histoire, de nous permettre de mieux nous connaître, nous comprendre et mieux savoir qui on est.

Notre vie ne commence pas à notre naissance, ni à notre conception. Nous naissons avec une histoire, sociale et collective, individuelle et familiale.

Sociale et collective : c’est l’époque où on arrive sur Terre. Pour nous, le 20ème-21ème siècle : notre pays, notre langue, notre société, les us et coutumes, les mœurs de l’époque qui donnent le ton de notre mode de vie.

Individuelle et familiale : nous sommes le fruit du croisement de l’histoire singulière de notre lignée maternelle et paternelle.

Cette perspective donne de l’ouverture en agrandissant notre espace d’exploration.

Cela donne de la profondeur en permettant de voir au delà de l’œil physique. Une part d’invisible se dévoile.

Cet agrandissement donne du souffle et donc opère un apport de vitalité. Avancer sur la connaissance de soi nous rend plus libre. C’est un entretien de la santé. Toutes les traditions savent que nous héritons de nos ancêtres, seule notre civilisation

occidentale l’a gommé depuis quelques générations jusqu’à maintenant dénier que nous héritons d’une transmission ancestrale.

Comment j’ai découvert le transgénérationnel dans ma propre clinique? - Jeune médecin gynécologue, je savais qu’il était important, pour soigner une maladie, de remonter à son origine. Trouver quel était l’événement et la période de vie qui avait provoqué une perturbation au point d’être déstabilisé et en tomber malade... et je me suis mise à questionner : quelqu’un de votre famille en était affecté ? Ah mais c’est vrai ! Et d’aborder alors, la question de la répétition, de la transmission d’une mémoire. - Les interruptions de grossesse avant la libéralisation de 75. Je militais au Planning familial pour que les femmes se prennent en main et ne soient plus enceintes comme une fatalité. Comment les femmes avisées ou pas, émancipées ou pas, intellectuelles ou pas, étaient enceintes à leur insu, sans le désirer parce qu’elles répétaient automatiquement et inconsciemment l’histoire génitale des femmes de leur famille, particulièrement celle de leur mère...qui répétait celle de leur propre mère. - Je l’ai compris aussi avec la notion chinoise du Kwei, quand je faisais mes études de médecine chinoise. A la mort, les âmes célestes logées dans notre foie montent au Ciel et les âmes terrestres logées dans nos Poumons retournent à la Terre, sauf celles qui n’ont pas accompli leur cycle de vie. Elles colonisent alors la génération suivante ou celle d’après. - Le texte de la Bible: “Tu transmettras tes fautes sur 4 à 7 générations”. Les fautes sont les défauts de parole, l’absence, le déni, le mensonge, le secret. - Mon travail avec Didier Dumas, mon conjoint, père de mes enfants, compagnon de route, psychanalyste et écrivain qui a été un des pionniers théoriciens de cette recherche de psychanalyse transgénérationnelle .