La naissance accompagnée par la sagesse Amérindienne et sa pharmacopée naturelle .



Bien souvent, nous réalisons que bien avant nous, des femmes et des hommes ont déjà trouvé ou simplement utilisé les connaissances de mère nature, tout simplement en écoutant, en observant leur intuition , leur expérience et faisant confiance au mouvement de la vie.

Nous pouvons nous inspirer des sagesses amérindiennes et nous laisser guider par leurs savoirs.

La recherche et la lecture m' ont permis de découvrir cette pharmacopée autour de l'accouchement voir https://www.remedes-de-grand-mere.com/medecine-des-amerindiens/


Et de vous les confier, pour à votre tour, vous interroger ou semer aussi des graines . Celle que je qualifie du bon sens et de l' harmonie en chacun.

Voici donc quelques petites recettes pour le grand passage, vortex de la naissance.


Pour accélérer l'accouchement : 

La tribu Cherokee utilisaient un thé des feuilles bouillies de Mitchella repens.

( https://fr.wikipedia.org/wiki/Mitchella_repens)

Des doses fréquentes du thé étaient prises durant les quelques semaines précédant la date prévue de l'accouchement.


Pour accélérer l'accouchement, une infusion de racines d'actées à grappes bleues

 Caulophyllum thalictroides) jetées dans de l'eau chaude était utilisée en infusion pendant plusieurs semaines avant la date prévue de l'accouchement. 

Cette herbe est encore largement utilisée par l'herboristerie d'aujourd'hui pour un large éventail de problèmes féminins ainsi que pour soulager l'inconfort de l'enfant à la naissance, et accélérer l'accouchement.


Pour accélérer l'expulsion du placenta : 

Un thé à base des racines bouillies de la réglisse. Cette herbe est toujours utilisée par les herboristes modernes, pour un large éventail de problèmes d'allergies et de problèmes d'estomac. Les femmes Navajo buvaient un thé de la plante entière de Gutierrezie 

(Gutierrezia sarothrae) pour stimuler l'expulsion du placenta.


Pour arrêter une hémorragie post-accouchement :

Les femmes Hopi recevaient une infusion de la plante de sarrasin pour arrêter le saignement.

les femmes Arikara prenaient un verre de jus d'açai pour arrêter le saignement.

Les Omahas faisaient bouillir les fruits lisses des sumac des hautes terres et appliquaient le liquide en lavage externe pour arrêter le saignement.


Pour soulager la douleur de l'accouchement :

Les femmes Cherokee prenaient une infusion de l'écorce interne de cerisier noir sauvage pour soulager la douleur dans les premiers stades.

Les tribus de l'Alabama et Koasati faisaient un thé des racines de la plante de coton pour soulager les douleurs de l'enfantement.


Photo: Edward S. Curtis


Yaël Catherinet

Le chant des arbres

www.yaelchandesarbres.com


Ps: AVERTISSEMENT : Les remèdes de l' extrait de l' article, ne sont là qu’à titre indicatif et ne peuvent en aucun cas se substituer à un traitement que vous aurait prescrit votre médecin. Demandez toujours l’avis de votre médecin avant d’utiliser un remède etc...