Cultiver sa nature SAUVAGE

Dernière mise à jour : 25 déc. 2021



Bonjour, du 22 au 27 novembre, je participe à un superbe Sommet Femme Sauvage initiée par Heïdi Guenin ¤ Enkitok www.sommet-femme-sauvage.com .


Je te partage ici , un article qui complète mon intervention et te permet de nourrir ta réflexion et tes pas !













Cultiver sa nature sauvage

Cultiver sa nature sauvage en quoi ça consiste?

Depuis quelques années, dans la marche des femmes, du féminin en expansion quelqu’il soit du Féminin Sacré à celui plus Engagé, la dimension, l’interpellation, l’ appel a une nature sauvage des femmes fait écho pour un nombre d’ entre nous.

La nature sauvage féminine, la femme sauvage trouve et possède un de ses fondements racinaire dans le célèbre livre « Femmes qui courent avec loups » de Clarissa Pinkola Estes.

L’ autrice à travers le prisme des contes et plus spécifiquement la figure de la louve, vient nous éveiller, nous reveiller sur notre capacité intuitive et instinctive de suivre notre élan, à écouter notre petite voix intérieure , se déformater des injonctions sociétales, patriarcales. Et enfin, tristement de constater que bien souvent, nous laissons dormir pour x raison cette nature sauvage, cette petite voix qui sait.

La nature sauvage nous renvois à une multitude de fantasmes, de mythes qui navigue aussi bien de l’enfant sauvage à celui de l’ ermite au fond des bois à l’animal dans la forêt, à la femme rebelle, libre.

Mais est ce tout cela la « femme sauvage » ?

La femme qui redécouvre sa nature sauvage, la sauvagitude, est à mes yeux, une femme qui est prête à défricher ses profondeurs, sa terre à s’aventurer intiment dans l’exploration de son corps, ses cycles, son essence, sa psyché, ses ombres, là ou les voiles demande de tomber pour avancer, acquérir un Moi libre !

Pour ne plus être ou se retrouver dans une posture d’ infériorité ou un tiers sachant influence vos choix, vos actions.

Enfin, choisir en toute âme et conscience de sortir de la cage dorée là ou nous sommes enfermé par sécurité, intérêt, peurs et bien d’ autres mécanismes, attentes qui ont avec notre aide ont fabriqué cet écrin prisonnier.

La Nature Sauvage, la Femme Sauvage qui vibre en nous, qui s’ éveille, qui pas à pas , prend sa place, nécessite que nous prenions soin d’ elle, que comme une terre aride, nous y déposions de l’ eau pour éviter toute sécheresse d’ âme.

Cette eau, la source se cultive.

Elle vient jailli et nourrir notre terre intérieure.

Elle est précieuse et nous demande de l’entretenir, de pas en manquer, de la protéger, de l’ abreuver et comme le feu qu’ elle ne s’ éteigne pas, ne se tarisse jamais.

Quelle temps, espace, nous octroyons nous pour nourrir et prendre soin de notre source, de notre âme, de notre nature intuitive.

Quelle ressource, matière, nous développons pour écouter nos dons quel qu’ il soit

Nous sommes tant au service des autres: enfant, mari, ami pour réaliser que nous oublions, que nous fanons !

Alors qu’est qui pourvoie, approvisionne notre source intérieure, la régénère?

Cultiver sa source, c’est sortir également du postulat de la femme qui fait ou régente tout, que nous sommes indispensable, que nous pouvons porter tout dans nos bras. laissons les autres faire !

Encourager sa nature sauvage, c’est aussi écouter sa vision, la voix du coeur, c’est oui partir courir dans les bois, regarder les étoiles, préserver notre nature sauvage dans un temps réserver de vous à vous même

C’est pratiquer, entretenir vos aspirations profondes, n’ ayez aucune crainte de votre femme sauvage, elle a tant vous dire !

Le gout du sauvage vient à nous en tant que femme par les passages initiatiques que nous sommes amenés à vivre, par exemple lors de la grossesse, l’accouchement, une louve rugit.

Quand aussi nos lunes coulent et que nous les berçons, que nous en utilisons sa magie, ses pouvoirs curatives.

Quand nos osons en vieillissant montrer nos crinières blanches, que nous affranchissons de ce regard.

Protégeons notre nature sauvage et invitons d’ autres louves à nous rejoindre, n’ ayons aucune crainte de notre sauvagitude, elle est poétique enchanteresse, divine, sacrée, éveilleuse…!


Yaël Catherinet-Buk

Le chant des arbres www.yaelchandesarbres.com


212 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout