Sage Femme




Ici et là et à travers le temps et l'histoire de notre humanité, nous retrouvons des rituels et des croyances autour de l'accompagnement à la naissance. 

Avant, pendant ou après ce processus qui invite la vie à s’incarner.

Ce qui est récurrent et similaire, c’est la place de la sage femme. 

La seconde c’est la préciosité de la vie de ce petit être, son lien à ses ancêtres et à l’invisible.


Dans le livre puissant de Carole Martinez, Le coeur cousu, on voit bien la place de la sage femme. Celle qui accompagne la vie et la mort est omniprésente. 

Figure emblématique, elle fait partie intégrante du village. 

Elle mettait sa sagesse à profit pour accompagner les villageois dans leurs difficultés. Elle les soutient, leur prodigue des conseils et les soignait.

De tout temps la femme sage contribue à aider les femmes mais également toute la communauté.


Les sages femmes, les accoucheuses, les matrones, les quablas au Maroc et en Algérie, les parteras en Amériques du sud..


Pendant toute l’Antiquité romaine, parmi les compagnes de gésine (accouchement), se détache une femme plus expérimentée, appelée obstetrix (Il est composé du préfixe ob - qui signifie «devant» et du verbe stare, «être debout», parce que la sage-femme se tient devant le périnée de la parturiente pour recevoir l’enfant).

Comme l’indique ce nom, et comme on le voit sur certains bas-reliefs, elle se tient devant, sur un tabouret bas, pour recevoir l’enfant, souvent posé à terre, avant la section du cordon ombilical. C’est une femme plutôt âgée, ce qui signifie qu’elle est disponible et expérimentée.


À L'intérieur des traditions anciennes 

cosmologiques du monde, on dit que la sage-femme est une tricoteuse.

Une partie de l'enseignement de la sage-femme traditionnelle est de savoir tricoter, la tricoteuse unit passé, présent et futur.

Quand on tisse on voit dans toutes les directions et à tous les temps, quand on tisse on arrête de voir et vient la vision, c'est pour ça que la sage-femme s'entraîne dans l'art de tricoter pour visionner ce qu'elle était, ce qu'elle est et ce qu’elle sera, c'est l'un de ses principaux outils pour accompagner les familles dans leurs naissances. 

Pouvoir lire le tissu du corps physique et émotionnel de la femme nous permettra de faire une bonne lecture de ses besoins et de l'accompagner au-delà de ce qui est évident…


Ainsi depuis la nuit des temps les sages femmes ont toujours murmurer à l’ âme des bébés et bercer les jeunes mamans dans un des plus grands rites de ce monde: Accueillir la vie

Yaël Catherinet

Le chant des arbres

www.yaelchandesarbres.com


Illustration https://byregion.byregion.net/cgibin/users/profiles.pl?username=wholeness

68 vues