Marie- Madeleine



MARIE MADELEINE – HONORER LE FÉMININ SACRÉ Marie Madeleine était originaire de Magdala, une petite ville au bord du lac de Tibériade, d’où son nom : Marie la Magdaléenne ou Myriam de Magdala.

Elle fut chassée avec plusieurs disciples lors des premières persécutions contre les chrétiens. Embarqués sur une simple barque, ils débarquèrent comme par miracle sur les rivages du sud de la Provence, plus précisément sur une terre qui fut par la suite nommée les Saintes-Maries-de-la-Mer.

Marie Madeleine vint marcher sur la terre du sud de la France pour apporter ses puissantes paroles, et surtout sa puissante présence.

Elle prêcha à Marseille en compagnie de Lazare puis s’établit dans une montagne éloignée. Elle demeura tel un ermite dans une grotte qui porte son nom aujourd’hui : la Sainte-Baume. Marie Madeleine assista à la mort du Christ sur la croix et fut le premier témoin de sa résurrection (les femmes étaient très présentes auprès de Jésus et de nombreux chercheurs théologiques affirment que Jésus leur accordait une place toute particulière à ses côtés). Les Évangiles apocryphes soulignent sa proximité affective et spirituelle avec le Christ.

Mais l’Église s’est évertuée pendant des siècles à minimiser le rôle de l’apôtre des apôtres. Reconnues depuis le 22 juillet 2016, jour de sa fête, des célébrations liturgiques sont données pour la sainte Marie Madeleine. Marie Madeleine réunit plusieurs visages du féminin dans l’inconscient collectif.

Elle navigue de l’obscur au sacré ; elle est la prostituée, l’âme repentie, l’ermite, l’évangéliste, l’initiée, l’initiatrice, la guérisseuse, la messagère, la sagesse incarnée, la prêtresse du féminin sacré, porteuse de l’enseignement christique, la gardienne des onctions médicinales guérisseuses mais aussi l’amour infini, l’épouse cosmique, celle qui réunifie le masculin et le féminin en soi et à travers soi. Dans le chemin du féminin sacré, Marie Madeleine résonne très fort dans le cœur des femmes et des hommes car elle symbolise un archétype qui reconnaît et réactive le divin en soi. Elle nous amène à ouvrir notre cœur et notre conscience à l’amour inconditionnel. L’ère du Verseau Marie Madeleine revient s’incarner en chaque femme à l’entrée dans l’ère du Verseau.

En effet, astrologique parlant, nous avons traversé différentes ères au cours de l’humanité.

On sait que la terre met 25 920 ans à passer, en mouvement rétrograde, à travers les douze constellations. Elle met donc plus ou moins 2 160 ans à traverser chaque signe du zodiaque. C’est l’infime, quasi imperceptible déplacement du point vernal que l’on nomme mouvement de précession des équinoxes.

Les périodes portent le nom d’ères.

Chaque ère dure environ 2 160 ans.

Le Verseau a pour fonction d’éveiller les consciences. Il est quête de liberté, de profondes mutations. Il est vecteur d’avancées impressionnantes dans les domaines scientifique, culturel et technologique. En conséquence, dans cette ère de profonde mutation, nous pouvons encore ressentir l’énergie de Marie- Madeleine, ses vibrations sur les terres où elle a marché, prié, médité...

Elle incarne la résurrection de l’énergie de lumière et d’amour du féminin divin en nous-même. Se reconnecter à Marie Madeleine est une invitation à rallumer la flamme créatrice d’un puissant vortex dont les prémices se font sentir, sont prévues et nous interpellent à quitter l’ancien « système » et nous ouvrir à d’autres voies plus humanistes, plus spirituelles..

Extrait de : Le petit libre du Féminin Sacré : Yaël Catherinet- Buk, Édition First

365 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Unité